D-DAY – SEE YOU SOON

Jour J – Le départ

17 Juillet 2017 

4h – Nuit blanche

Nous y sommes. Le Jour J ! La veille, j’avais prévu de rentrer tôt faire ma valise puis me coucher à maximum 22h histoire d’avoir mes heures de sommeil et l’énergie nécessaire pour les 26 heures d’avion qui m’attendaient.
Mais bien sûr, cela ne s’est pas passé comme ça. Après un restaurant avec mes parents à l’attente interminable puis une visite imprévue chez une amie, je rentrai chez moi à 23h et essayai tant bien que mal de faire ma valise. La galère ! Impossible de choisir quels vêtements emporter, quels objets laisser, dans quel sac ranger mes produits de beauté…Bref, j’ai fais nuit blanche ! A 4h30 du matin, je boucle enfin mes deux valises et mon petit sac à dos et pars direction l’aéroport Marseille Provence Méditerranée. 



Mes conseils « valise »

GROSSE VALISE : objets et vêtements à ne pas utiliser dans l’immédiat.
PETITE VALISE : deux rechanges, une veste, les objets de valeur (ordinateur portable, appareil photo…etc).
SAC A DOS : une petite trousse de toilette et un rechange pour l’avion, des fruits secs ou des fruits (out les bananes et autres fruits susceptibles de s’écraser dans le sac), les chargeurs pour appareils électroniques, un stylo, un paquet de mouchoirs et les papiers importants.

Bon à savoir : la réglementation sur les liquides (hors maquillage) ne s’applique pas par bagage mais par endroit. Donc si la réglementation est de moins de 1L pour les liquides, c’est pour les liquides du sac à dos ET du bagage cabine. 

À ne pas faire
  • J’ai pris mon ordinateur portable avec moi dans le sac à dos, il a pris beaucoup de place et je ne m’en suis pas servie, étant donné qu’il y a une bonne sélection de films dans l’avion.
  • J’ai oublié d’emporter un adaptateur pour les prises murales.

6h40 – Embarquement

Après avoir bien checké à quel terminal de l’aéroport je devais me rendre, j’enregistrai mon bagage en soute puis me dirigeais vers la sécurité après avoir serré une dernière fois mes parents dans mes bras. Le moment des adieux fut douloureux. Déjà la gorge serrée en entrant dans la voiture et en partant de chez moi, ce n’est qu’au dernier moment que je réalise à quel point je vais être seule et combien les personnes qui me sont chères vont me manquer. C’est donc les larmes aux yeux que j’arrive devant les vigiles de sécurité. Les règles sont toujours les mêmes : pas d’objets métalliques ni de chaussures sur nous, tout placer dans un bac avec les objets électroniques et les liquides.

Mes conseils « sécurité »
  • retirer sa montre, sa ceinture et ses chaussures à l’avance.
  • ne pas s’arrêter sous les portique de sécurité, passer simplement.
  • Avoir vérifié que les liquides respectaient bien les normes et les avoir regroupé.

7h10 – les adieux

Je suis confortablement installée dans l’avion de la compagnie AirFrance. Les larmes cessent toutes seules de couler. On y est, il n’y pas plus de marche arrière possible, il faut être forte maintenant !
L’avion décolle et j’en profite pour rattraper un peu de ma nuit. 



Mes conseils « trajet en avion »
  • prévoir un paquet de chewing gum pour le décollage et l’atterrissage.
  • prévoir un coussin, même si la plupart des compagnies aujourd’hui en fournissent. 
  • prévoir des boules Quiès et un masque pour les yeux.
  • ne pas hésiter à demander un plaid s’il n’est pas fourni, il fait souvent frais dans les avions.
  • jeter ses déchets au fur et à mesure.
  • s’hydrater beaucoup et éviter les boissons comme le café, le thé ou l’alcool. Si on a le temps, acheter une bouteille d’eau après les contrôles à l’aéroport.
  • se lever toutes les deux heures, marcher un peu dans les allées et bien s’étirer.
  • se faire des petites toilettes régulières.

8h40 – Catastrophe à Paris

Les longs trajets, surtout seule, sont souvent stressants. Mon conseil ? Ne pas céder à la panique et être patient, quoi qu’il arrive ! Arrivée à 8h40 à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle, je devais prendre le prochain vol en direction d’Abu Dhabi à 10h40 et donc m’enregistrer à 9h40. Le hic ? Le terminal se trouvait à l’opposé de mon terminal d’arrivée. Après 40 minutes d’attente interminables à la douane, j’attendais encore 30 minutes la navette censée m’amener au terminal 2C. Autant dire que je sautais littéralement sur place durant le trajet en bus ! Ce furent les 20 minutes les plus longues de ma vie, ponctuées par les arrêts du chauffeur apparemment pas conscient que certaines personnes avaient un avion à prendre. A 10h30 j’arrivais enfin au terminal 2C et courais comme une folle vers la porte C91, bien entendue à l’autre bout du terminal ! En résumé, je mets à l’aéroport Paris Charles de Gaulle la note de 1/10 pour l’organisation, de 0/10 pour l’information et de -5/10 pour l’amabilité ! 
Mes conseils « ne pas céder au stress »
  • Observer ce qui se passe autour de nous et bien analyser la situation. Peut-être y-a-t-il une solution.
  • Suivre son instinct et se faire confiance.
  • Relativiser, on n’est jamais seul dans la merde.
  • Respirer profondément et se répéter que tout va bien aller.
  • Demander de l’aide ou des renseignements.

À ne pas faire
  • appeler quelqu’un. Tout simplement parce que la personne en question n’est pas là pour nous aider et ne risque pas de nous être d’une grande utilité, si ce n’est pour nous retarder et nous stresser encore plus. 
  • être agressif. C’est bien connu, on ne résout rien par la violence.

11h30. Retard

Au final, rien ne servait de courir car le vol pour Abu Dhabi de la compagnie Etihad a décollé avec un retard de 50 minutes, rien que ça ! Voilà de quoi me stresser d’avantage pour la prochaine correspondance… Heureusement, malgré sa ponctualité douteuse, la compagnie Etihad est excellente. les sièges sont confortables, les repas sont bons et rassasiants, les hôtesses sont souriantes et à l’écoute et il y a un bon choix de films et séries TV. Ce que j’ai particulièrement aimé : la possibilité de suivre son vol en temps réel et les caméras au dessus et en dessous de l’appareil pour voir ce qui se passe autour de nous. 




Mes conseils « choix des places dans l’avion »

Pour plus de tranquillité : côté hublot
Pour plus de calme : éviter les emplacements près des réacteurs, bruyants
Pour la vue : côté hublot, même si 80% du temps on aperçoit seulement des nuages
Pour les pauses pipi fréquentes : côté couloir
Pour les pressés : éviter le fond de l’avion, c’est minimum 10 minutes d’attente supplémentaires le temps que tout les passagers descendent.

20h. Dernière ligne droite

Je ne sais par quel miracle l’avion a rattrapé son retard et est arrivé avec seulement 20 minutes de retard. C’est surprenant à quel point les 9h d’avion sont passé vite, je n’ai même pas eu le temps de m’ennuyer ! L’enregistrement pour mon vol en direction de Sydney étant à 20h40 j’ai préféré ne pas trainer dans les magasins ni prendre de café et me suis rendue directement au terminal 3. Là, rien à voir avec Paris ! A peine 20 minutes d’attente à la douane et aucun problème pour trouver la porte d’embarquement. Je m’installe encore une fois dans l’un des avions de la compagnie Etihad et me prépare à vivre mes dernières 14 heures d’avion avant mon arrivée à Sydney.
Cette fois le trajet fut un peu plus éprouvant. Avec le décalage horaire je ne savais plus bien quand dormir, ni quand manger. J’essayais de préparer mon corps à l’heure de Sydney mais je voyais bien que mon horloge interne était encore en France.

En résumé
  • Marseille > Abu Dhabi > Sydney
  • 11 200 Miles parcourus soit environ 18 000 Kms ! 
  • 26 heures de trajet en avion dont 2 escales de 2h
  • A l’arrivée, affamée mais heureuse et plus motivée que jamais
  • Température à l’arrivée : 15°C ressentis 20, l’hiver australien est très doux. Pas besoin de gros pulls, une veste suffira.

17h30. Hello Sydney ! 

Toute la douleur et la fatigue du voyage s’est envolée lorsque j’ai aperçu pour la première fois les lueurs de la ville. En plus, petite chanceuse que je suis, l’avion est arrivé au moment au coucher du soleil, ce fut un spectacle magnifique ! Au moment de l’atterrissage, plus de stress, ça y est je suis ENFIN arrivée. 
Après avoir récupéré ma grosse (et lourde, très lourde) valise, je m’accorde une pause café bien méritée et en profite pour me connecter au réseau wifi de l’aéroport et envoyer quelques messages. Une navette devait venir me chercher à l’aéroport et me conduire directement à une auberge de jeunesse. Finalement, pas de navette. Tant pis, plus rien ne peut me cacher le moral à cette étape du voyage, je prendrai le train. La station de train est située dans l’aéroport et facile d’accès. J’ai trouvé l’aéroport de Sydney International vraiment propre, bien indiqué et agréable.


19h. Train

Pour se rendre à la gare, il suffit de suivre les panneaux, puis descendre les escalators. Des ascenseurs sont prévus pour les voyageurs très chargés (comme moi). Des guichets OPAL sont à disposition pour prendre un ticket. ça ne fonctionne pas comme en France : on met un certain montant sur la carte et celui-ci est décompté par kilomètres parcourus. En passant les barrières de la station de train on « tap on » et en sortant de la gare on « tap off ».
J’ai du prendre deux trains pour arriver à destination. Bien qu’il n’y ait pas des ascenseurs partout, les gens sont très gentils et on m’a toujours aidée à porter mes valises ! 
C’est une fois en ville que les choses se sont un peu corsées. Sans GPS, mon sens de l’orientation est réduit à néant ! Encore une fois, heureusement les australiens sont très aimables et il suffit de demander pour qu’on t’aide à retrouver ton chemin. Bon, encore faut-il avoir retenu l’adresse de l’hotel 😉

20h. Base Backpackers

Mon hôtel est situé à deux pas de Town Hall sur Kent street. C’est un hôtel pour voyagers donc peu cher et avec de nombreux services comme un bureau « office de tourisme », une application de rencontre entre backpackers (sorties, repas, chat…) et même un service d’aide pour trouver du travail ! 
La chambre n’est pas fantastique, en même temps c’est une chambre de 6 lits donc bye bye l’intimité. 




Mes conseils « chambre à 6 »
  • emporter un ou plusieurs cadenas pour ses valises
  • ne jamais laisser trainer des objets de valeur
  • dans un coin de son lit, préparer ses affaires pour dormir ainsi que pour le lendemain, afin de ne pas réveiller quelqu’un si l’on rentre tard ou qu’on se lève tôt.
  • Et bien sûr, respecter les règles élémentaires d’hygiène. Attention aux sous-vêtements qui trainent…etc.

22h. Première soirée

Après une bonne douche je me mets à la recherche d’un endroit pour manger, et avec la wifi si possible. Sans carte ni GPS je pars explorer les environs et atterris dans Chinatown. Bon, la découverte de la cuisine australienne ce sera pour une prochaine fois, la plupart des restaurants ferment à 7h à Sydney, excepté les fast food. Je m’arrête dans un Mcdo et prends un menu normal. AUD$13,50 soit 9,17 €. Et surprise, au sous-sol du McDo, un Cybercafé ! AUD$3 l’heure et AUD$1 les 20 minutes, c’est relativement une bonne affaire ! 
Après manger je rentre à l’hôtel histoire de me reposer et me préparer pour la longue journée qui m’attend le lendemain.
Au programme : carte SIM, numéro TFN et visites d’appartements. J’irai aussi très certainement fire un tour du côté de circular Quay et de ma future université. 
Night, XOXO.

Laisser un commentaire