Uluru National Park – Jour 2

Uluru National Park Frenchy J

Deuxième jour dans l’Outback australien – Découverte de l’Uluru

En ce deuxième jour dans l’Outback australien, je m’en vais à la découverte du mont Uluru !

DÉCOUVRE LE JOUR 1

Après une bonne nuit de sommeil à l’Outback Pioneer Hostel, on va prendre un petit déjeuner café glacé/croissant au Town Square et se détendre un peu dans la piscine avant le départ pour nos 4 jours d’expédition dans l’Outback australien avec Mulgas Adventures et la découverte du mont sacré Uluru.

L’Uluru est un inselberg de 348 mètres de haut sacré pour les peuples habitant le territoire du nord de l’Australie et est classé patrimoine mondial de l’UNESCO avec le Kata Tjuta au sein du parc national d’Uluru-Kata Tjuta.

Vers 12h30, nous sommes récupérés directement à l’hôtel par Marc, notre ranger et guide qui nous accompagnera ces 4 jours. Très sympathique, il est passionné par la faune, la flore et la géologie et ne manque jamais une occasion de nous parler de la biodiversité et de l’environnement qui nous entoure. Il nous explique d’ailleurs que « Mulga » provient du nom d’un arbuste australien de la famille des Acacias qui recouvre les terres du parc national.

C’est ainsi que l’on apprend que le parc national de l’Uluru est situé au-dessus de l’une des plus grandes nappes phréatiques du monde. C’est cette réserve d’eau souterraine qui permet aux aborigènes et à la nature de survivre face à ce climat aride.

On se rend avec les autres passagers du tour au camp où l’on déjeune de la salade et des protéines avant de reprendre la route en direction du Centre Aborigène où l’on en apprendra plus sur la culture, la langue et l’histoire du peuple Anangu.

La relation des Anangu avec l’Uluru

Toute la culture et la société du peuple Anangu est fondée sur le Tjukurpa, un mode de pensée semblable à une religion pour eux et autour duquel ils ont édicté leurs lois et leurs principes.

Si je devais résumer le Tjukurpa, je dirai que c’est la relation entre la Terre et toutes les autres créatures vivantes telles que les plantes les animaux ou les hommes.

Le Tjukurpa repose sur quatre ancêtres piliers qui ont chacun leur histoire et représentent les quatre faces de l’Uluru (ou Multitjulu en aborigène) :

  • A l’Est, Kuniya – la femme python
  • Au Sud-Ouest, Liru – le serpent venimeux
  • Au Nord, Mala
  • A l’Ouest, Kurpani

L’une des nombreuses histoires que j’ai retenu est celle de Lungkata, un homme qui tua un Emu chassé par d’autres chasseurs bien qu’il sache qu’il n’aurait pas du, et dont le campement fut brûlé par ces chasseurs en guise de vengeance. En tombant du sommet du rocher où se trouvait son campement, Lungkata créa des traces noires aujourd’hui visibles sur le côté Ouest de l’Uluru.

Le peuple Anangu fut pour la première fois confronté aux hommes blancs en 1870, date à laquelle des colons européens chasseurs de dingos et chercheurs d’or investirent les terres. S’ensuivirent des conflits dû à la destruction des terres de chasse et des points d’eau des aborigènes par les colons.

L’Uluru et le Kata Tjuta furent nommé parc national en 1958 mais ne comprenait pas la religion Tjukurpa. La revendication faite par les Anangu fut finalement acceptée en 1985 et aujourd’hui le parc est loué à Parcs Australia. D’ailleurs la direction du parc comprend 4 Piranpa (personnes non aborigènes) et 4 Anangu.

Un peu de vocabulaire Anangu :

  • Ngura – maison
  • Anangu – le peuple (peuple aborigène du désert de l’Ouest
  • Uluru – [pas de traduction, juste un nom]
  • Kata Tjuta – beaucoup de têtes
  • Manta – terre/paysage/pays
  • Palya – Bonjour/Au revoir/Merci/Bienvenue
  • Wiru – Beau
  • Walpa – Vent
  • Pira – Lune
  • Tjungu – Se réunir
  • Mayu – saveurs/goût
  • Tjurkurpa – temps de la création/loi/mode de vie/histoire

Si l’on rencontre des aborigènes, il est convenable de leur dire bonjour et de ne surtout pas les prendre en photo sans leur permission.

Randonnée autour de l’Uluru

Après le centre culturel on arrive près de l’Uluru à 13h sur la face ou le guide nous parle des légendes en rapport avec ce site sacré.

L’entrée du parc national est de 25$ et donne accès à l’Uluru et au Kata Tjuta.

S’ensuit une marche de 3h, facile mais éprouvante à cause de la chaleur et du soleil. Heureusement des points d’eau sont situés près de parkings et entre les points de rassemblement. En cas de problème, une borne d’appel d’urgence se trouve à l’entrée du parc.

On débute cette marche au Mala carpark où l’on emprunte la Mala walk puis la Base Walk.

Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park

Arrivés à mi-chemin au Kuniya Piti, on a le choix de poursuivre à pied ou de prendre le bus pour finir. Courageux, on décide de continuer à pied jusqu’au Kuniya Carpark et le fameux Mutitjulu waterhole.

Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park
Uluru National Park

Des panneaux « No Photos » sont disposés à plusieurs endroits autour de l’Uluru. Ils définissent des zones sacrées pour les aborigènes et qu’il est convenable de respecter. Toujours selon une question de respect, il est interdit de grimper sur le rocher. D’autant plus que c’est très dangereux : plus de 35 personnes sont mortes en essayant d’escalader l’Uluru cette année seulement.

Durant cette marche je comprends mieux pourquoi l’Uluru est considéré par les aborigènes comme une montagne sacrée et est le fondement de leur histoire et du Tjukurpa : tel un sanctuaire pour la faune et la flore, l’Uluru se dresse fièrement dans le désert avec ses formes surprenantes et abrite une végétation luxuriante au Sud.

Fun fact, l’Uluru se compose d’une roche de couleur grise. C’est l’oxydation de la roche qui lui donne cette couleur rouge orangé.

Après cette marche éprouvante on se rend à l’Uluru Sunset Viewing Area pour regarder le coucher de soleil et savourer un pique nique accompagné d’un verre de champagne.

Uluru National Park Frenchy J
Uluru National Park
Uluru National Park Frenchy J
Uluru National Park

Enfin nous rentrons dormir à la belle étoile. Pour cette première nuit dans le désert, j’avoue ne pas être complètement rassurée à l’idée de dormir dans des sacs de couchage à même le sol et je ne passe pas une très bonne nuit, me retrouvant frigorifiée vers 2h du matin.

SUITE DE L’AVENTURE ICI

Laisser un commentaire